18 mars 2008

Histoire d'un pauvre cheval

Histoire d'un pauvre cheval, qui n'a pourtant rien fait de mal:



getty


Histoire d'Ange:


J'étais dans mon box, j'étais heureux. Mais "ils" sont venus.
Moi, innocent, j'ai poussé un joyeux hennissement en voyant tant de monde venir me dire bonjour.

Et là, je les ai vus.

Derrière eux, il y avait des cavaliers du club qui pleuraient.

Puis j'ai entendu ces mots que je n'ai pas compris : "On ne peut pas avoir autant de chevaux, il faut bien se débarrasser de ceux qui ne nous sont pas indispensables.

Or Ange n'a pas eu de très bons résultats au derniers concours..."

Ang
e, c'est moi.

"Il
s" m'ont emmené dans un van que je ne connaissais pas.

D
edans, il y avait aussi Canelle, une ponette qui s'était blessée à la jambe la semaine dernière. On a fait un voyage assez long, puis "ils" nous ont fait descendre dans une cour.

Ça sentait bizarre.

Le
sang, la mort, le crottin...

Pu
is "ils" nous ont fait monter dans un camion où il y avait déjà une dizaine de chevaux qui ont hennis en nous voyant.

Mai
s ce n'était pas un hennissement que je connaissais.

C'é
tait un hennissement de peur, de douleur, de détresse.

  Et là, j'ai commencé à ressentir la Peur, la vrai Peur.

Ce
tte Peur que l'on ressent quand on ignore quelque chose de capital.

 
Dans le camion, l'odeur s'est amplifiée.

C
'était à la limite du supportable.

Pu
is le camion a démarré.

Bru
talement.

On
a roulé longtemps. J'avais faim, j'avais soif.

En v
oyage, j'ai fait la connaissance du cheval qui était à coté de moi.

C
'était Indy, un hongre.

Il a
vait une blessure à la jambe qui s'infectait peu à peu.

Puis
"ils" ont fait monter d'autres chevaux.

Pour qu'on se pousse, "ils" nous ont fouettés.

  In
dy a trébuché, il est tombé et un cheval lui a marché sur la jambe.

I
l ne pouvait plus se relever.

Ap
rès quelques heures de souffrances horribles, il s'est éteint.

Pu
is, son corps a commencé à sentir.

C'
était horrible.

  P
eu à peu, d'autres chevaux se sont éteints.

D
e soif, de faim, de blessures, de désespoir.

E
nfin, le camion s'est arrêté. "Ils" ont ouvert la porte.

La
lumière m'a aveuglé. Les autres chevaux voulaient sortir.

Il
s m'ont poussé. Je me suis tordu la jambe. J'ai eu mal.

  Ma
is j'étais obligé d'avancer.

Dan
s d'interminables couloirs hantés par le sang, la peur, la mort.

J'ai entendu un cheval hennir, j'ai reconnut Canelle.

M
a petite Canelle, si courageuse.

Puis
, on est arrivé dans une grande salle avec un planché en fer.

Pui
s "ils" ont fermé la porte et nous on laissé là.

Pas à b
oire, pas à manger. Un à un, beaucoup de chevaux sont mort.

Ma Canelle aussi. Puis, un jour, "ils" sont venus me chercher.

J'
ai eu à boire. C'était bon.

C'ét
ait la dernière chose que j'aurai eu de bon dans ma vie.

Ens
uite, je suis entré dans une salle où l'odeur, l'ambiance, m'a fait paniquer.

J
e me suis cabré, je me suis pris un coup de gourdin dans les jambes.

Puis "il" est entré. J'ai senti quelque chose entrer dans ma gorge.

J'ai eu mal.

Je me suis senti faible.

  J
e me suis couché.

Ou p
lutôt, je suis tombé.

Et j'ai su.

J'ai eu mal au cœur.

J'ai fermé les yeux.

No
ir...



arrete


(Histoire trouvée sur equideo.)

Posté par miss cheval à 15:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Histoire d'un pauvre cheval

Nouveau commentaire